Activités en famille, Autre, Éducation, Enfants, Le numérique à l'école, Les professionnels de l'éducation

Les jeux éducatifs en général et 4 jeux éducatifs sur tablette pour les 8 ans et plus

Difficile quand on est parents de résister aux écrans. La pression sociale, l’école et la société en général font qu’une interdiction absolue est difficilement tenable et même néfaste pour nos enfants.

Autant leur proposer des alternatives intéressantes et éducatives qui leur permettront de développer de bons usages du numériques et au passage, d’étoffer leurs connaissances.

J’ai donc voulu opter pour les jeux éducatifs. Cela a eu pour effet de révolter mon fils aîné : “mais pourquoi n’a t-on le droit QU’aux jeux éducatifs ?”

Si on y réfléchit, c’est une excellente question. Et d’abord, qu’entend-on par “jeux éducatifs” ? Je vous livre donc ma réflexion sur le sujet et 4 jeux “éducatifs” pour les 8 ans et plus.

Qu’appelle-t-on un jeu éducatif et existe-t-il des “jeux éducatifs” ?

C’est bien connu les enfants ont tendance à ne choisir que ce qu’il leur plaît, pas nécessairement ce qui est bon pour eux. Laissez-les seuls une soirée et les voilà à se nourrir de babybel, avec un peu de céréales à même le paquet.

Lorsque vous cherchez un cadeau ou une occupation pour votre enfant, vous cherchez LE jeu qui permet d’apprendre telle ou telle chose… S’il entend “éduquer” ou “apprendre” quelque chose aux joueurs, il attribue, par là même, un rôle d’élèves aux protagonistes. Faut-il, dès lors, distinguer matériel pédagogique et jeu ? Ne s’agit-il pas d’une limite et va-t-on rechercher un “jeu” pour chaque objectif du programme ?

Il ne faut pas se voiler la face, le jeu éducatif semble être un complément scolaire distrayant. Mais il semble également dénaturer le jeu en lui-même, comme s’il en supprimait l’insouciance. N’y a-t-il pas contradiction entre une activité motivante et dénuée d’enjeux, et une motivation extrinsèque soumise à un objectif éducatif ?

Jouer pour quoi faire ?

Ce qui semble contestable ici, c’est d’asservir une activité ludique à une rentabilité. Le fait que ce rendement puisse être instrumentalisé à des fins pédagogiques pose problème, et même si la fin est louable en elle-même.

Pour qui le jeu éducatif est-il rentable ? Si l’on considère le jeu comme un vecteur d’invention, de liberté, cela complique la chose ! Si le jeu n’est qu’un outil pédagogique, il perd son pouvoir. C’est précisément ce que me répète mon fils, il veut passer du temps sur son écran pour … rien. Sans profit ou bénéfice secondaire.

Le problème est que je voudrais bien soulager ma culpabilité de le laisser utiliser la tablette par un usage pédagogique. Faut-il voir là un aveu d’impuissance pour laisser une place au jeu libre et gratuit ? Dans ces conditions quelle est notre motivation lorsque l’on propose un jeu à nos enfants ?
Le jeu entraîne plus qu’il n’apprend, et c’est pourquoi, il est particulièrement pertinent en ce qui concerne le langage car il entraîne l’enfant à manipuler les mots qu’il connaît à des fins créatives. Il suffit pour s’en convaincre de voir comme les exercices de pastiches littéraires sont formateurs.

Renoncer à la ruse pédagogique ?

J’ignore s’il faut renoncer à teinter la pédagogie de ludique pour la rendre plus attrayante à nos élèves. J’ai tendance à trouver tous les moyens bons -et je fais référence notamment aux codes du gaming– pour soutenir la motivation et animer une dynamique d’apprentissages efficace.

Je pense souvent, avec admiration, à Fénelon, qui en son temps rédigea Les Aventures de Télémaque. Ce roman d’aventures fut publié en 1699, et composé à l’intention des élèves royaux, en particulier du duc de Bourgogne, le fils du dauphin, dont Fénelon était le précepteur en vue de lui enseigner grâce à de savoureuses aventures les rudiments de la morale et l’art de gouverner. Ce roman rencontra un vif succès…

Comment choisir un jeu éducatif ?

Un bon jeu éducatif, ce me semble, est un jeu qui mobilise la créativité, peut-être un peu de pédagogie et de la ludicité dans un même objet.

créativité parce qu’elle est une ressource fondamentale du joueur en action,

pédagogie parce qu’il soit éducatif ou non le jeu accompagne l’enfant dans son développement,

ludicité parce qu’il ne suffit pas  d’écrire jeu sur une boîte pour que le contenu soit effectivement ludique.

Ces trois critères contribuent à définir les contours de ce que peut être un jeu éducatif acceptable.

Donc, si on résume :

  • Le jeu est libre, gratuit, non productif;
  • Au sens propre, tous les jeux sont éducatifs car ils mobilisent l’enfant dans sa globalité.
  • Le jeu est créatif, un peu pédagogique et ludique.
  • Le « jeu éducatif » est un jeu qui affiche des intentions pédagogiques et qui peut permettre l’exercice des compétences et des savoirs dans un cadre scolaire ou non.

Nos 4 jeux éducatifs préférés sur tablette:

  • en anglais : SpellingshedPili Pop : entraînez-vous à épeler des mots ou à exercer votre vocabulaire, et même votre prononciation en anglais.
  • en français : Plume (j’espère que ma fille ne le dit pas pour me faire plaisir) : permettez à votre enfant de compléter des histoires en ligne pour développer son goût de l’écriture et améliorer son expression écrite.
  • Mathmathews : pour les maths et particulièrement les fractions, les multiplications et le calcul mental.

Vous vous posez des questions sur les écrans et la façon de gérer cela avec vos enfants ? Cet article est là pour vous.