Autre

Ces adjectifs qui viennent de la littérature

Ubuesque, kafkaïen, ou bien gargantuesque, dulcinée… Ces adjectifs ont un point commun : ils viennent de la littérature. Certains sont tirés de noms d’auteurs, d’autres de personnages. Peut-être les avez-vous déjà entendus… mais savez-vous ce qu’ils signifient ?

Les auteurs littéraires

Les adjectifs tirés des noms d’auteurs caractérisent généralement une atmosphère liée à leur œuvre.

dantesque : qui a le caractère sombre et sublime de l’œuvre de Dante. Une vision dantesque est une vision énorme, à la dimension de Dante.

kafkaïen : qui rappelle l’atmosphère absurde et oppressante des romans de Kafka.

cornélien : généralement utilisé dans l’expression « choix cornélien », c’est-à-dire un dilemme entre les sentiments et le devoir. Dans les œuvres de Corneille, les personnages sont souvent un tel choix à faire.

orwellien : qui évoque la surveillance généralisée des individus et l’univers totalitaire, du roman 1984 de Georges Orwell.

épicurien : qui recherche le plaisir. Cet adjectif vient du nom d’Épicure, dont la doctrine philosophique, l’épicurisme, a pour objectif principal l’atteinte du bonheur par la satisfaction des seuls désirs « naturels et nécessaires ».

platonique : purement idéal, sans relation charnelle. La théorie de l’amour platonique découle d’œuvres de Platon.

sadisme : recherche du plaisir dans la souffrance infligée à autrui. Cet adjectif est issu du marquis de Sade et fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses œuvres.

marivaudage : galanterie recherchée, badinage superficiel. Ce mot fait référence aux comédies de Marivaux, dans lesquelles les amoureux tiennent des propos galants et recherchés.

rabelaisien : qui rappelle les œuvres ou le style de Rabelais, par son caractère gai, licencieux et grivois.

Les noms des auteurs ne sont pas les seuls à avoir donné lieu à des adjectifs : les noms de leurs personnages aussi !

Les personnages de la littérature

Certains adjectifs sont en effet formés sur les noms de personnages !

gargantuesque : gigantesque, qui fait preuve de démesure. Cet adjectif vient d’un personnage de Rabelais, le géant Gargantua, qui est connu pour avoir un appétit insatiable.

pantagruélique : aujourd’hui synonyme de gargantuesque, cet adjectif, tiré du personnage de Rabelais, le géant Pantagruel, désigne à l’origine une soif inextinguible.

rocambolesque : extravagant, plein de péripéties extraordinaires. Il vient du personnage Rocambole, du vicomte Pierre Ponson du Terrail.

gavrochien : gamin des rues de Paris, débrouillard, malicieux, intrépide et généreux. Personnage, Gavroche, du roman Les Misérables de Victor Hugo.

lilliputien : minuscule. Lilliput est le nom d’un pays imaginaire où les habitants ne mesurent pas plus de six pouces, dans Les Voyages de Gulliver, de Jonathan Swift.

ubuesque : qui rappelle le personnage Ubu, par un caractère grotesque, cruel et couard.

pipelet : bavard, qui parle beaucoup. Cet adjectif vient des concierges, M. et Mme Pipelet, dans Les Mystères de Paris, d’Eugène Sue.

Enfin, certains adjectifs sont formés à partir de personnages mythologiques :

apollonien : qui est beau, en référence à Apollon.

herculéen : qui a une grande force physique, en référence à Hercule.

œdipien : relatif au complexe d’Œdipe (attachement au parent de sexe opposé).

Les néologismes : un enrichissement de la langue française

Au fil du temps, ces néologismes (mots nouveaux inventés) ont enrichi la langue française. Bien d’autres sont également apparus, que ce soit à partir d’auteurs littéraires, de personnages, mais aussi d’artistes, de personnalités historiques, etc. Il n’y a pas que des adjectifs, mais aussi des noms, des verbes, des expressions, etc. Par exemple, « dulcinée », qui signifie aujourd’hui la femme aimée, vient du nom de Dulcinée de Toboso, la femme aimée de Don Quichotte, héros du roman de Miguel de Cervantès.

Il y a aussi les mots ou expressions inventés par les auteurs eux-mêmes. Rabelais est le spécialiste des néologismes : nous lui devons notamment l’expression « les moutons de Panurge » (personne qui suit un groupe sans se poser de questions), le terme « automate » (petits engins qui se meuvent sur eux-mêmes) ou bien « extraire la substantifique moelle » (en retenir ce qu’il y a de meilleur, de plus profond).

Nous avons sélectionné les adjectifs que nous utilisons le plus, mais la liste est presque infinie et elle continue de se compléter d’année en année. L’art est de savoir ensuite les utiliser à bon escient, dans une conversation, pour se distinguer. C’est d’ailleurs un défi que nous vous lançons, d’écrire un texte à partir d’un de ces adjectifs, ou bien de les placer dans des conversations banales de votre quotidien ! Votre enfant pourra d’ailleurs croiser certains de ces mots dans l’espace d’écriture « Le mot du jour » sur Plume : l’endroit idéal pour enrichir son vocabulaire avec un nouveau mot chaque jour, et pour écrire en toute liberté !

N’hésitez pas à nous partager vos textes en commentaire, ainsi que vos anecdotes sur l’usage de ces adjectifs. Lesquels connaissiez-vous déjà et lesquels avez-vous découverts dans cet article ? Quels sont ceux que vous utilisez ? Et surtout : quel est votre préféré (le nôtre, c’est « extraire la substantifique moelle ») ? Nous voulons tout savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.