fbpx
Autre

5 astuces pour aider un enfant à progresser en orthographe

L’ortographe — oups pardon — l’orthographe, est un vrai casse-tête pour certains enfants, et même parfois pour les plus grands. Une difficulté qui devient de l’ordre du défi pour un élève dyslexique ou dysorthographique… Alors aujourd’hui, on a eu envie de vous partager des astuces simples pour aider un enfant à progresser en orthographe. Leur point commun ? Elles utilisent toutes le jeu, car apprendre en s’amusant, c’est tout de même plus sympa !  

Des illustrations mnémotechniques

L’une des choses les plus difficiles en matière d’orthographe, c’est d’en comprendre les innombrables règles. Bien qu’il soit primordial de faire connaître les règles d’orthographe aux enfants, celles-ci restent souvent abstraites dans l’esprit des élèves. Alors pour passer de l’abstrait au concret, rien de tel que de faire appel à la mémoire visuelle ! 

Vous trouverez facilement des livres ou simplement des fiches sur Internet qui donnent un sens à l’orthographe des mots grâce à des illustrations. Le livre Mon orthographe illustrée, accessible à partir de 7 ans, est « une méthode visuo-sémantique qui crée un lien logique entre le sens d’un mot et son orthographe afin d’aider à la mémorisation! ».

Une partie de Scrabble 

Certains jeux de société intemporels comme le Scrabble ont plus d’un tour dans leur sac ! Educatif et ludique, le Scrabble aide votre enfant à mémoriser petit à petit l’orthographe des mots tout en passant un bon moment en famille ou entre amis. Sachez qu’il existe une version Scrabble junior idéale pour les enfants, égayée par des motifs colorés et avec des mots composés de 6 lettres au maximum.

Dans la famille des jeux éducatifs, nous demandons le Boogle ! L’objectif, à partir de 16 dés dont chaque face présente une lettre, est de former le plus de mots possible avant que le sablier ne s’écoule.

Un livre dont votre enfant devient l’auteur

C’est le concept de l’application Plume. L’écrivain en herbe est invité à compléter un début d’histoire, dont il choisit l’univers, pour débloquer les chapitres suivants. Entre chacun des 7 chapitres, son texte est placé entre les mains de correcteurs bienveillants. Ils ne manqueront pas de mettre en lumière toutes les bonnes choses qui ressortiront de ses écrits — son imagination, son humour, son vocabulaire… – afin qu’il se sente valorisé et prenne conscience de ses capacités d’écriture. 

Le format des histoires de Plume est parfaitement adapté aux enfants dyslexiques comme dysorthographiques, qui peuvent avancer à leur rythme et reprendre confiance en eux.

Des dictées audio

Il est vrai que nous vous avions promis des techniques qui incluent une notion de jeu, et qu’il est rare que les enfants considèrent la dictée comme une activité plaisante… Mais il suffit d’un rien pour remédier à cela ! La dictée étant audio, vous pouvez y participer avec votre enfant et même organiser une compétition avec les membres de la famille, avec récompense à la clé (le gagnant choisit par exemple le menu de ce soir ou remporte un badge). 

Vous trouverez sur le site Bescherelle des dictées audio pour les élèves de CE1 jusqu’au CM2. Sélectionnez le niveau de votre enfant puis les thématiques à travailler, comme la différence entre « ces » et « ses » ou les règles d’orthographe de la lettre « m » devant m, b et p. Un clic fait ensuite apparaître la correction.

Lire, encore et encore

Une fois de plus, la mémoire visuelle vient à la rescousse de nos progénitures ! Le fait de lire n’est pas une formule magique vouée à dissiper les fautes d’orthographe. Cependant, il est certain qu’il existe une corrélation entre les performances orthographiques et la lecture. La visualisation favorise la mémorisation. L’enfant va d’abord apprendre à déchiffrer un mot qu’il va, au cours de ses lectures, retrouver et apprendre à reconnaître. 

La lecture est également l’un des meilleurs moyens pour acquérir naturellement du vocabulaire et progresser en expression écrite.

You might also like