fbpx
Autre

Plumitzers de Mai

Nouveau mois, nouvelle sélection ! Après avoir compulsé fébrilement les nombreuses œuvres des enfants durant ce mois de mai, voici notre sélection ! Nous avons hâte de lire et de découvrir celles du mois prochain.

La Chaumière de l’ogre par Alyana, chap 6 :

Juliette entre dans la chambre à coucher qui résonne des ronflements sonores de l’Ogre en chef. Sa couverture se soulève à chacun de ses grognements, comme s’il y avait une tempête sous la couette. Pire, c’est comme si un tremblement de terre secouait toute la maison ! L’ogre se tourne brusquement, et un énorme craquement se fait entendre : un arbre s’abattant sur la petite chaumière ne ferait pas plus de bruit. 

Sans vraiment s’en rendre compte et fascinée par cet effrayant spectacle, la voici tout près de la créature. Son bon gros visage n’est pas aussi terrible qu’elle l’aurait imaginé ; il a même plutôt l’air gentil. Son nez ressemble à un énorme champignon et si de son immense bouche, deux grosses dents dépassent, elles semblent bien peu menaçantes. 

Absorbée par cette contemplation, Juliette n’est plus du tout sur ses gardes et quand l’ogre ouvre soudainement un œil rond et globuleux qui la regarde fixement, elle est tétanisée. Il lui faut trouver quelque chose rapidement !

Vite, Juliette chantonne la berceuse que tu vas écrire pour qu’il se rendorme immédiatement.

« Fais dodo, ogro mon p’tit frère, fais dodo et tu mangeras un gâteau aux champignons et au poisson, maman prépare la pâte et papa la garniture et grande sœur le mettra au four, fais dodo. »

Une jolie berceuse à chanter à son petit frère ou sa petite soeur ! Retrouvez cette histoire ici.

Capitaine Piratouille-Pétrouilles par Lilwenn, chap 5 :

Piratouille a tellement bien parlé aux pirates que ceux-ci, loin de réagir avec violence, décident de prendre la parole à leur tour. C’est un festival d’annonces farfelues qui démarre ! L’un veut devenir poissonnier pour écouler la marchandise de Piratouille, un autre se voit en protecteur de la flore marine quand un troisième s’écrie qu’il rêve depuis qu’il est tout petit de fabriquer des poupées aux yeux de corail. Quel étrange spectacle ! 

Camille vit décidément une drôle de journée. Elle est en train de songer que personne ne voudra jamais croire cette histoire si elle la raconte mais sa rêverie est soudainement interrompue par les sanglots du plus jeune des pirates. C’est aussi le plus petit et le plus malingre. Il est en train de paniquer parce que lui n’a aucune idée du métier qui lui plairait. Camille lui demande aussitôt de lui parler de ses passions. Alors, il lui apprend qu’il adore la lecture, l’aquarelle et le foot-poissons ! Soulagée, Camille se dit que pour lui rien n’est perdu !

Camille trouve des idées de métiers pour remonter le moral du jeune pirate.

« Tu pourrais devenir bibliothécaire et mettre dans tes livres des dessins en aquarelle. Et d’ailleurs, je ne peux rien pour le foot-poissons parce que je ne sais même pas ce que c’est ! Et tu pourrais te mettre pas loin de l’endroit où il y a le poissonnier, comme tu vas devoir l’appeler désormais. Comme ça, tu ne les abandonneras pas ! Tu aimes bien mes idées ? »

Le foot-poissons, le sport de demain ? Retrouvez cette histoire ici.

La chaumière de l’ogre par Alizée, chap 1 :

Lors d’une promenade en lisière de forêt, Juliette se fait surprendre par la pluie. En quelques secondes, la voilà trempée des pieds à la tête. Elle aperçoit une maisonnette et court s’y réfugier. Personne. Un grincement l’avertit que la porte s’est ouverte d’elle-même. 

L’intérieur de la chaumière est baigné de lumière. Tout à coup, la porte claque et Juliette sursaute, effrayée. Elle s’aventure dans une pièce située sur sa gauche. Elle pénètre dans une petite cuisine au centre de laquelle trône une poule endormie. Derrière la poule, vision d’horreur ! Une ogresse énorme, engoncée dans une robe de chambre rose à dentelle se tient devant un évier et semble couper des pommes de terre. 

Affolée, Juliette regarde la pièce, à la recherche d’un enfant prisonnier que l’on s’apprêterait à dévorer… Elle est proprement terrifiée ! Mais il n’y a qu’elle, et par chance, l’ogresse ne l’a pas vue. Elle a tout juste le temps de se faufiler sous la table.

À toi de jouer :

La pièce est, au premier abord, sans issue. Comme Juliette est mouillée, de l’eau goutte sur le sol et se glisse dans les rainures du bois, formant alors un message : « Si tu veux sortir de cette pièce vivante, il te faudra trouver la clef. » Au début, elle ne comprend pas, car il n’y a pas de porte, mais, en y repensant, elle comprend qu’une clef n’ouvre pas que des portes mais peut aussi ouvrir une portée.

Coup de chance, Juliette fait du violon et est assez forte en solfège. En rentrant, elle a vu une partition, mais, de là où elle est, elle ne peut distinguer que « Neuvième symphonie de Beethoven ». Heureusement, elle a étudié cette partition quelques jours auparavant. Elle sait donc que les clés qui y sont employées sont les clés d’ut, fa et sol. Elle prononce alors à voix basse les trois clés et une trappe s’ouvre, elle tombe dans une pièce sombre.

Pour savoir comment Juliette va se débrouiller pour s’en sortir, retrouvez cette histoire ici.

Une sorcière et une princesse par Laura B., chap 3 :

À sa grande surprise, la sorcière accepte bien volontiers d’aider Thomas. Elle frotte ses petits yeux verts encore ensommeillés, s’extrait de son lit, attache ses longs cheveux noirs en un élégant chignon et propose de prendre un chocolat chaud dans sa cuisine. 

Elle sert avec beaucoup de délicatesse un lait de dragon au chocolat, qu’elle accompagne de tartines à la confiture de grenouille. C’est peu appétissant, mais Thomas ne voudrait pas lui faire de peine, alors il mange du bout des lèvres ce goûter peu commun. 

La sorcière lui confie qu’elle est bien malheureuse toute seule dans cette forêt et qu’elle voudrait bien revoir sa sœur qui vit dans une contrée lointaine. Malheureusement, on ne lui a jamais appris à écrire et elle n’est pas en mesure de lui envoyer une lettre, ni la moindre invitation. La sorcière a honte de cet aveu et baisse les yeux. Fermement décidé à lui rendre son sourire, Thomas lui offre d’écrire le texte de la carte d’invitation.

À toi de jouer :

« Chère sœur,

J’espère que tout va bien. Comme par hasard, un garçon est venu chez moi pour se réfugier, car il pleuvait dehors et qu’il avait fait une bêtise. Tu sais bien que je ne sais pas écrire. Ce gentil garçon, qui s’appelle Thomas, m’a proposé d’écrire une lettre pour toi. Je serais heureuse de te voir, viens me rejoindre d’un coup de baguette magique. N’oublie pas tes sortilèges pour aider Thomas à se faire pardonner. Viens aussi avec tes sucettes et tes gâteaux à la poudre-d’idées-fantastiques et tes pouvoirs.

La sorcière »

On aurait tous besoin d’un peu de poudre-d’idées-fantastiques parfois ! Retrouvez cette histoire ici.

Merci à toutes et à tous pour vos participations pour ce mois-ci. Au mois prochain pour de nouvelles aventures !


You might also like