Autre, Éducation, La communauté Plume, Les professionnels de l'éducation, Professeurs d'écoles

7 astuces pour donner envie d’écrire à l’école

L’écriture à l’école est parfois vécue comme un exercice scolaire rébarbatif ou fastidieux. Pour certains élèves, qui ne prennent aucun plaisir à écrire, cette pratique peut être vécue comme au mieux une corvée, au pire comme une souffrance.

des enfants joyeux et souriants

Comment donner à ses élèves le goût d’écrire ? Professeure des écoles depuis bientôt 10 ans, je me propose de vous partager dans ce billet 7 astuces que j’utilise pour que l’écriture devienne un plaisir pour mes élèves. Cet article peut être utile aux enseignants mais également aux parents de jeunes enfants qui souhaitent faire en sorte que l’expression écrite soit une joie pour leurs enfants !

1. Adopter une approche ludique et sans jugement de l’écriture

des enfants regardent attentivement en face d'eux

Afin de faire en sorte que mes élèves écrivent avec gaité et en tirent une satisfaction de tous les jours, je préconise une approche ludique de l’écriture. Rédiger doit avant tout être un jeu et un amusement pour mes élèves.
S’il y a bien une chose que tous les enfants font naturellement et avec entrain, c’est le jeu. En arrivant à faire en sorte que l’écriture soit vécue comme un jeu pour les enfants, vous n’arriverez plus à les arrêter.

Comment faire ?

Une des règles est de limiter au maximum le jugement que je peux avoir vis-à-vis de mes élèves. Il me semble que c’est une approche qui peut débrider les élèves. Comment peuvent-ils être à l’aise et « se lâcher » s’ils savent qu’ils vont être jugés par la suite sur leurs écrits ? Impossible que les élèves en situation d’échec vis-à-vis de l’écriture aient envie d’écrire s’ils savent que je vais les juger.

2. Donner du sens à l’écriture

La difficulté principale pour que les élèves prennent plaisir à écrire est d’arriver à donner un sens à l’écriture : faire en sorte que l’écriture ne soit pas perçue comme un exercice formel.

À ma grande surprise, il est arrivé que mes élèves me demandent « à quoi ça sert ? » l’écriture. J’avoue que cette question m’a interloquée au premier abord. Cela semblait tellement évident pour moi. Mais ce qui est évident pour soi ne l’est pas forcément pour autrui, surtout quand l’autre c’est un enfant de 8 ans !

La recherche du sens de l’écriture est un des premiers ateliers que je propose aux élèves en début d’année. Émettre des hypothèses sur les fonctions de l’écrit, se poser la question : pourquoi écrit-on ? Pourquoi les parents ou la maîtresse écrivent-ils ? Quand écrit-on ?

3. Donner la liberté sur les types de travaux et les sujets

des enfants très concentrés en train d'écrire un crayon à la main

Pour que mes élèves se sentent à l’aise vis-à-vis de l’écriture et réalisent des productions d’eux même, je limite au maximum les contraintes et leur propose un large choix de sujets et de thèmes. D’une année sur l’autre, certains sujets sont préférés, d’autres moins. Je crois que cela tient aussi de la personnalité des élèves.

Rien de révolutionnaire, mais voilà des exemples de travaux d’écrits que je peux proposer à mes élèves : tenir un journal ou un carnet, écrire à un(e) ami(e), à un(e) correspondant(e), à leurs parents ou à la maîtresse, écrire des poèmes, défis d’écriture : écrire avec une contrainte particulière, imaginer la suite d’une histoire…

Les thématiques abordées peuvent également être diverses et variées. Les enfants sont souvent intarissables quand ils sont en confiance et se livrent volontiers à l’exercice de transposer leur pensée et leur imagination sur le papier (ou autre support).

Ils peuvent aussi bien parler d’eux-mêmes, de leurs goûts et préférences, ou de ce qu’ils ont fait ou ce qu’ils aimeraient faire. Ils aiment aussi raconter les films qu’ils ont vus, les livres qu’ils ont lus ou les activités qu’ils ont faites (par exemple leurs vacances).

4. Les laisser exprimer leur créativité

un enfant qui fait face à un univers merveilleux

Ils adorent également imaginer et inventer ! N’hésitez pas à vous appuyer sur l’imaginaire sans limite de vos élèves, ils se prêtent parfois à l’exercice plus facilement qu’avec des sujets terre à terre.


Pour cela il nous arrive d’utiliser de créer des lapbook (livres animés) thématiques. Les lapbooks favorisent l’apprentissage et la mémorisation des enfants. Nous pouvons alors imaginer des scénarii dans les différents univers de nos lapbooks : celui de la ferme, celui de l’espace, un univers heroic fantasy (avec des dragons, des chevaliers, …). Je m’inspire souvent de ce que je vois chez les autres professeurs sur internet, notamment sur La Salle des Maîtres. C’est un site de partage de ressources pédagogiques dont j’ai intégré l’équipe et que j’utilise beaucoup.

homepage ressources pédagogiques pour les maîtres

Vous pourrez d’ailleurs y trouver de nombreuses ressources pédagogiques pour travailler l’écriture à l’école.

Il m’arrive également d’utiliser des objets plus palpables pour stimuler la créativité des élèves. En réalité, ils le font déjà naturellement avec leurs figurines. Il n’y a plus alors qu’à coucher les histoires qui peuvent survenir sur le papier. Il m’arrive d’utiliser des subterfuges pour donner envie aux élèves d’écrire : « comme ça tu pourras t’en rappeler plus tard », « comme ça tu pourras l’envoyer à tes amis »

5. Donner de la liberté sur les supports d’écriture

Laissez vos élèves s’exprimer sur les supports qu’ils souhaitent !

Pour certains ce sera sur un journal, ou des feuilles conventionnelles. D’autres auront une attirance pour les supports numériques.

L’écriture manuscrite est fondamentale pour le développement des capacités psychomotrices des plus jeunes, mais il ne faut pas hésiter à utiliser d’autre supports que le classique papier et stylo quand l’enfant grandit. la diversité des supports crée de l’attrait et le goût d’écrire.

Les élèves peuvent par exemple avoir une appétence particulière pour les outils numériques. Plume va dans ce sens. Pourquoi se passer de ces outils dont les enfants raffolent ? L’enfant aura ainsi la possibilité d’être accompagné dans de bonnes pratiques numériques et comprendre les multiples possibilités offertes par ces outils.

homepage de Plume

J’ai été également surprise de les voir parfois se libérer en leur demandant d’utiliser plutôt des feutres ou des crayons de couleur plutôt que leur stylo bleu ! Pour d’autres ce sera l’occasion de dessiner en même temps qu’ils écrivent, ou bien de mettre en peinture leurs écrits (ou vice-versa).

Parfois des activités se prêtent à l’utilisation de parchemins ou de papiers spéciaux. Les feuilles A1 pour réaliser des affichages de type exposés sur des sujets peuvent également beaucoup les intéresser.

exposés réalisés en classe

Il est aussi très intéressant de noter qu’en leur donnant une liberté de posture, les élèves sont plus facilement portés vers l’écriture. La station assise devant une feuille est parfois contraignante. Même si c’est parfois compliqué à appliquer en classe, plus l’enfant sera libre dans sa démarche, et moins il se sentira « forcé », plus il sera enclin à réaliser de belles productions d’écriture. Il m’est souvent arrivé de laisser les élèves écrire à divers endroits : assis, debout, sur les murs (quand c’est possible), et même parfois allongé par terre sur des tapis.

6. Ritualiser les productions écrites

L’intérêt de ritualiser des activités n’est plus à prouver. L’instauration de rituels présentent de nombreux avantage pour l’apprentissage dont le développement de l’autonomie.  L’élève est conscient de ce qu’il doit faire, de comment il doit le faire et quand il doit le faire.

J’utilise plusieurs types de rituels en classe et notamment un rituel d’écriture. La mise en place de rituels d’écritures est un prolongement logique des autres types de rituels. Tous les jours (ou certains jours de la semaine) les élèves doivent réaliser un bref écrit.

deux stylos

Vous trouverez de nombreux rituels d’écriture sur le web : « jogging d’écriture ». Pour ma part j’utilise le RDV du stylo de Profissime également disponible sur La Salle des Maîtres.

Je voudrais tester un jogging d’écriture utilisant les « Sujets de production d’écrit » de rêve de maitresse. Je vais mettre ça en place très prochainement dans ma classe.

7. Montrer l’exemple

Ce point va un peu dénoter par rapport aux autres, mais pourquoi ne pas montrer l’exemple, en affichant fièrement vos écrits. Si l’écriture est une source de plaisir chez vous (et c’est mon cas), pourquoi ne pas laisser transparaître ce plaisir en le montrant aux élèves ?

Je crois qu’une des raisons pour lesquels mes élèves peuvent prendre du plaisir à écrire est tout simplement que je leur montre qu’il est possible d’en prendre. Soyons honnêtes, quand les élèves rentrent chez eux, il y a peu de chance que les parents leur montrent la joie de l’écriture. Il y a tout à parier qu’ils écrivent principalement pour des tâches administratives ou pour leur travail. Les élèves peuvent donc être confronté à une image de l’écriture peu reluisante.

Que ce soit des poèmes ou des nouvelles, je ne manque jamais l’occasion de partager mes écrits à mes élèves. Je suis d’ailleurs en train de réfléchir à ouvrir un blog, mais c’est un autre sujet !

Si vous avez-vous aussi des astuces pour faire en sorte que vos élèves ou vos enfants prennent plaisir à écrire, je serais ravie de lire vos commentaires à ce sujet.

citation Einstein



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.