Autre, La communauté Plume, Le numérique à l'école

L’expression écrite au CE2 : comment l’initier et développer le plaisir d’écrire ?

Deux enfants concentrés en train d'écrire

Donner le goût de l’expression écrite au CE2 :

Conformément aux programmes 2016, la réalisation d’activités variées et structurées permet aux élèves de reconnaître, d’analyser, de produire différents textes en rapport avec un genre littéraire particulier (récit, courrier, devinettes, poème, règles d’un jeu…), mais aussi d’apprendre à maîtriser les écrits de travail au service des apprentissages (réponses à des questions, synthèse d’une leçon, compte rendu d’expérience…). La liste est longue et la tâche immense !

Nous vivons indéniablement dans une culture scolaire de l’écrit; la plupart du temps, l’évaluation se fait par écrit, ce qui suscite chez les élève un sentiment de manque de temps, de hâte dans la rédaction… Que celui ou celle qui n’a jamais arraché la moindre copie me jette la première craie…

Quels sont les objectifs de l’expression écrite en CE2 ?

Les objectifs d’expression écrite en CE2 sont aussi divers que : créer des phrases complètes, utiliser des majuscules et de la ponctuation, comprendre le sens du texte, l’analyse d’une consigne, écrire un résumé, décrire un animal, compléter une histoire…

Au cycle 2, les élèves sont confrontés à la rédaction de textes, articulée à l’apprentissage de la lecture : rédaction d’une phrase en réponse à une question, formulation d’une question, élaboration d’une portion de texte ou d’un texte entier. Ils apprennent à écrire des textes de genres divers : poésie, chansons, court textes narratifs…

Faire de l’écriture un objet d’apprentissage, dès le CE2 :

En réalité, l’enjeu est de faire de l’écriture un véritable objet d’apprentissage pour permettre aux élèves de prendre conscience des processus en jeu et de la posture d’élève qu’ils peuvent endosser (pour leur plus grand plaisir d’ailleurs).

Il nous faut donc construire des séances et même des séquences complètes autour de l’écriture : de la tâche simple à la tâche complexe. L’enseignant a bien-sûr un rôle important à avoir, mais aussi les pairs grâce à l’échange et la reformulation.

Un autre des points à aborder est la fréquence des entraînements, leur diversité, en particulier, développement de l’écrit de travail : brouillon, compte-rendu, résumé, journal des apprentissages… L’enjeu est de faire comprendre aux enfants comment l’écriture et l’expression écrite sont des outils précieux pour apprendre et faire entendre leurs idées en général. Dans le fond, l’écrit est ce qui va permettre à l’enfant de se construire et également de se faire entendre.

Favoriser le geste graphique en CE2 pour écrire avec facilité :

Les actions les plus simples à mettre en place en cycle 2 consistent à proposer des ateliers pour bien tenir son crayon avec les marionnettes à doigts, les monstres à doigts… L’idée, c’est que l’enfant ne soit pas crispé sur le geste de l’écriture. En cas de difficulté, il existe d’ailleurs des stylos ergonomiques spécialement conçus à cette fin. N’oublions pas, par ailleurs, que l’apprentissage de l’écriture est un geste qui est très long à acquérir. Il nécessite une motricité fine. Cette dernière est en relation étroite avec le parcours de développement antérieur de l’enfant. En cas de grande difficulté, la prise en charge en ergonomie, graphothérapie est réellement pertinente.

Inscrire l’écriture dans une routine dès le CE2 :

Le plus efficace est d’inscrire l’écriture dans une routine de classe. Écrire un blog, se lancer dans un journal de classe, publier un livre, écrire des compte-rendus… Le plus important est que l’acte d’écriture fasse sens pour vos élèves. Il faut surtout qu’il s’inscrive dans la régularité, dans un rituel qui revient comme une habitude. L’écriture prend ainsi toute sa place dans la vie de la classe et dans la vie de l’enfant en général. Au même titre que toutes les autres activités.

un stylo plume en gros plan

Ecrire à plusieurs

L’écriture à plusieurs est une pratique littéraire bien connue. La collecte d’écrits nous renvoie à la pratique du recueil et au mouvement du surréalisme par exemple : cadavres exquis, écriture automatique… On écrit une phrase à plusieurs en pliant des papiers pour ignorer ce qu’ont écrit les mains précédentes. Puis on lit, on s’esclaffe, on s’émeut. L’écriture entre pairs permet de mettre en confiance tous les élèves, même les plus fragiles. Il devient aisé de verbaliser ses difficultés et poser ses questions à ses camarades. L’apprentissage s’intensifie quand les inhibitions sont levées, et on sait combien l’apprentissage entre pairs est efficace. Les élèves débattent d’une structure, lisent leurs productions, suggèrent des réécritures, valident les résultats. Breton s’inquiétait de savoir si l’on reconnaîtrait la main de Soupault et la sienne. À la lecture publique, il respire : «Une certaine unité s’était établie».

Trouver des outils de facilitation pour la tâche d’écriture !

Une des bonnes astuces pour susciter le plaisir d’écrire est de faciliter la tâche d’écriture. Planifier avec les élèves les différentes étapes de l’écriture est un bon moyen d’amorcer le processus et les mettre en confiance. En fonction du profil des élèves, pourquoi ne pas envisager de laisser le traitement de texte à un groupe d’élèves. Le travail pourra ainsi être réparti au sein du groupe et éventuellement aider ceux qui seraient le plus en difficulté avec la graphie.

L’écrit n’est pas produit pour être évalué mais pour être lu.

Le développement des compétences (et non pas l’évaluation) repose sur le développement d’une posture d’auteur par les élèves. Un des moyens très efficace de développer la motivation et le plaisir d’écrire est de trouver des lecteurs pour vos élèves. Faisons sortir les écrits de la classe, donnons de la valeur à ce qu’ils écrivent. C’est pourquoi il est si important d’imprimer les journaux de classe, d’envoyer aux parents les liens des articles du blog… C’est ainsi qu’écrire prend tout son sens, parce qu’il permet d’être lu. Parce qu’il permet d’entrer en communication avec un groupe, de diffuser ses idées.

Le goût de l’expression écrite nous renvoie également à l’évaluation : laquelle adopter ?

Les sciences de l’éducation nous renseignent sur la nécessité pour faire progresser les élèves de proposer un feed-back personnalisé, et si possible rapide sur les productions. C’est encore plus pertinent en ce qui concerne l’écriture. La tâche de rédaction est en effet si complexe, il apparaît comme très important de valoriser avec une évaluation positive.

Utiliser le numérique :

Se relire et faire évoluer son texte devient une compétence explicite et primordiale. C’est pour cette raison pour peut placer l’outil numérique au coeur de la classe afin de prendre l’habitude de retravailler son écrit. Le numérique transforme en profondeur les formes et les enjeux de l’écriture. C’est la nouvelle culture de l’écrit, en particulier pour nos élèves. Il suffit pour s’en convaincre d’observer que la compétence “écrire avec le numérique” a été ajoutée au cycle 3. Tant les claviers et les écrans démocratisent l’écriture; ils transforment les gestes (couper, copier, coller, déplacer …) et les modalités (collaboratives, transformatives, multimédia …) et invitent à créer et penser de nouvelles pratiques scolaires.

Deux enfants qui crient de joie devant un ordinateur

Plume pour donner le goût de l’expression écrite en CE2 :

Face à toutes ces contraintes, vous vous sentez peut-être désarmés ou dans l’incapacité de faire face à l’immensité de la tâche : trop de corrections en perspective, trop de préparations…

Forts de toutes ces convictions, nous avons développé Plume pour permettre à tous les élèves, à partir de 8 ans (généralement à partir du milieu du CE1, quand la lecture est automatisée) d’écrire le plus possible, en toute autonomie et avec plaisir. Plume est un site qui permet aux professionnels et aux parents de faire écrire régulièrement les enfants de 8 à 12 ans pour les aider à progresser dans leur maîtrise de la langue. Après la création de son profil en ligne, l’enfant est dirigé vers un univers littéraire adapté à ses compétences linguistiques.

Là, il est invité à choisir le début d’une histoire qu’il devra co-écrire. Chapitre après chapitre, il pourra débloquer la suite du récit. Cette approche permet de devenir acteur de ses apprentissages et mêle étroitement la lecture et l’écriture.

Pour qu’il puisse, au-delà de l’exercice, améliorer sa maîtrise de la langue, ses écrits sont corrigés par des professionnels de l’éducation. Ils l’encouragent et récompensent ses progrès grâce des gratifications, des badges virtuels, qu’il retrouvera dans son espace personnel. Enfin, l’enfant peut imprimer son récit, qui sera agrémenté de belles illustrations. Il pourra le partager avec ses proches et valoriser ainsi sa créativité et ses talents d’auteur. Belle découverte et en avant l’écriture !